Accueil > Vache_laitiere > Réussir le tarissement des vaches laitières : étape importante pour réussir sa lactation

Réussir le tarissement des vaches laitières : étape importante pour réussir sa lactation

Le tarissement est une étape importante dans le cycle de production d’une vache. Cette période marque la fin d’une lactation et la préparation d’une nouvelle : c’est une phase de repos et d’assainissement pour la glande mammaire, mais aussi une phase de préparation au vêlage, ainsi qu’à la mise à la reproduction. La bonne conduite d’une alimentation spécifique aux taries doit être parfaitement contrôlée pour assurer le bon démarrage de la lactation et la bonne santé du veau.
Le tarissement, étape important dans le cycle de la vache laitière
Après le vêlage, la délivrance doit avoir lieu dans les 6 heures ©Fotolia

La fièvre de lait silencieuse : des symptômes invisibles à ne pas rater lors du tarissement d'une vache

La fièvre de lait silencieuse ou sub-clinique (hypocalcémie), comme son nom l’indique, est généralement invisible et ses symptômes sont peu détectables. 
Contrairement à la fièvre de lait classique où la vache reste au sol, les vaches ne semblent pas présenter de signes de faiblesses et se remettent debout sans soucis. Les conséquences de cette hypocalcémie commencent à se manifester peu de temps après la mise-bas. On peut citer par exemple les problèmes de non délivrance, les métrites, retournement de caillette et le non-retour des chaleurs. 
Une vache n’ayant pas délivré au-delà de six heures après le vêlage, peut présenter une fièvre de lait sub-clinique.

Complémentation minérale vitaminée pour les vaches laitières pendant le tarissement

Afin d’éviter des troubles métaboliques liés au vêlage et au démarrage de lactation, exemple des fièvres de lait sub-clinique et ses conséquences, il est fortement conseillé d’anticiper et de donner un complément minéral adapté pendant le tarissement.
Un minéral adapté est un minéral spécial vache tarie qui a pour objectif d’inverser la BACA (Balance Anion Cation) permettant à l’animal de mobiliser ses réserves en calcium et éviter l’hypocalcémie. 
 
Le tarissement est une période de repos physiologique pour les vaches, l’apport de vitamines durant cette phase est essentiel. Il contribue à la régénération des tissus mammaires et l’amélioration de la qualité du colostrum. Or, c’est le colostrum qui construit les défenses immunitaires du veau.

Comment réussir son tarissement ?

Les étapes du tarissement de la vache laitière

Les besoins d’une vache tarie sont différents de ceux d’une vache en production. Le tarissement réussi est celui qui permet à l’animal de couvrir ses besoins d’entretien et de gestation tout en conservant un état corporel stable (NEC 3 à 3,5). Au tarissement, la vache ne doit être ni grasse, ni maigre. 
 
L’alimentation pendant le tarissement doit donc être bien raisonnée afin d’éviter un engraissement ou un amaigrissement excessif, et un emcombrement maximum pour limiter le déficit énergétique en début de lactation. Toutefois, il est conseillé d’être attentif aux transitions pour éviter le choc dû au changement du régime alimentaire, qui peut provoquer des troubles métaboliques. 

La reproduction des laitières

C’est pendant la phase de tarissement qu’aura lieu le développement de l’ovule fécondant du futur cycle. Les vitamines (vit. A et Béta-carotène) sont importantes, elles vont renforcer le cycle reproductif et booster la maturation de l’ovule. Les carences de ces vitamines peuvent fragiliser les follicules et ralentissent la croissance folliculaire, et peuvent se traduire par une mauvaise expression des chaleurs. Ce qui peut entraîner des dépenses supplémentaires et des pertes économiques.

Le stress oxydatif pour les vaches taries

De nombreux anti-oxydants passent de la mère au veau où servent à la préparation du colostrum. De nouvelles approches de mesures (Axiscale®) ont mis en évidence un fort déficit en anti-oxydant dès 3 semaines avant vêlage. Apporter un minéral enrichi, GALAPHOS® AXION® TARIE, le minéral pour améliorer la production laitière ou un complément nutritionnel adapté pour optimiser le tarissement : Delta® AXION® STIM permet de combler ce déficit et réduire les conséquences négatives du stress oxydatif.

 
L’équipe des nutritionnistes CAM

Quelques conseils pour réussir son tarissement

  • Sécuriser les niveaux de BACA de la ration : objectif 0 à -100 Meq/kg MS.
  • Augmenter progressivement la ration de base des vaches en lactation afin d’habituer la flore ruminale.
  • Augmenter l’apport du concentré de production (1 kg/semaine).
  • Sécuriser les apports d’oligo-éléments pour assurer une bonne qualité du colostrum.
  • Ne pas couper l’eau pour stopper la production laitière.
  • Éviter le stress lié à la transition en équilibrant la ration selon les besoins des vaches taries.
  • Distribuer un minéral spécial tarie durant la phase de tarissement.
  • Contrôler les apports, pour maintenir un état d’engraissement de 3-3,5.
  • Profiter du tarissement pour soigner et assainir les animaux.
  • Attention aux excès d’azote soluble au pâturage, éviter les mortalités embryonnaires précoces.
  • Éviter les fourrages riches en calcium, risque d’hypocalcémie au moment du vêlage.
Actualités